arrowAccueil arrow Infos (Archives) arrow Novembre 2004 arrow Novell se refait une santé avec Linux 01-08-2010
En Bref
Ayant repris en mai 2005 mon activité professionnelle,  je n'ai plus le temps de mettre à jour le site. Veuillez m'en excuser.


 
Menu
Accueil
Présentation
Avantages
Inconvénients
Documents de référence
Mot de l'auteur
- - - - - - -
Popularité
Anomalies
Notes d'installation
Mes logiciels
- - - - - - -
Liens web
Infos (Archives)
- - - - - - -
Me contacter
Administration
En ligne
Il y a actuellement 1 invité en ligne
Compteur
Visiteurs: 152899
Novell se refait une santé avec Linux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
22-11-2004
Image
Avec Open Enterprise Server 9, Novell incite à une migration vers Linux, tandis que de nouveaux outils sécurisent les accès aux applications d'entreprise.

Les jours de NetWare sont comptés. Lors du Brain-Share Europe 2004, la réunion annuelle des utilisateurs de Novell, l'éditeur a clairement défini sa stratégie. L'avenir est à Linux et aux solutions d'administration et d'annuaire : « Les systèmes d'exploitation et les logiciels de contrôle d'accès aux applications sont les principaux atouts de notre gamme de produits. Nous avons bien l'intention de devenir le leader incontesté de ces deux secteurs », s'exclamait Jack Messman, le PDG de Novell, lors de son discours d'ouverture, avant de présenter les nouveaux logiciels à la base de cette stratégie.

Ces déclarations cachent en fait l'abandon implicite et programmé de NetWare au profit de Linux. Au centre de la nouvelle offre, l'Open Enterprise Server 9 (OES) est intronisé successeur officiel de NetWare. Prévu pour la fin 2004 ou le début de l'année prochaine, OES 9 rassemble en effet Linux Enterprise Server 9 (LES), hérité de Suse, mais également le noyau NetWare 6 nouvelle génération : l'utilisateur installe l'un ou l'autre, selon son désir de migrer vers Linux ou de conserver son infrastructure existante.

Dans ce dernier cas, inutile d'espérer quelques innovations technologiques autres que la création de groupes utilisateurs pour le stockage ou l'accès en peer to peer entre postes clients. Aux dires mêmes de Novell, le nouveau NetWare ne sera qu'une version mineure.

La véritable vedette d'OES9 est LES, modifié de façon à encourager la base installée à migrer vers Linux. LES peut maintenant interopérer avec des serveurs NetWare existants (et regrouper les deux types de serveurs en cluster ), mais aussi exploiter tous les services réseaux NetWare existants (partage de fichiers, d'imprimantes, etc.), ainsi que les droits des utilisateurs contenus dans eDirectory, l'annuaire de Novell, livré avec LES, et complété d'Open-LDAP.

« LES pourra également accéder et modifier un volume NetWare en respectant la gestion très fine des répertoires et des fichiers de NetWare, précise Ed Anderson, vice-président de la plate-forme Enterprise de Novell. Nous avons également veillé à ne pas trop changer les habitudes. Toutes les commandes de LES seront accessibles depuis iManager, la console d'administration de NetWare » , poursuit-il.

Accompagner le changement

Afin d'aider ses clients à sauter le pas, Novell a conclu des partenariats avec plusieurs constructeurs et éditeurs (Bull, HP, IBM, Oracle, Software AG, Tarentella et Intershop). Son but est d'imposer l'OS de Suse dans de nombreux serveurs et de le rendre compatible avec un grand nombre d'applications d'entreprise. L'éditeur a également ouvert un centre de migration européen à Oslo pour tester et valider le fonctionnement sur plate-forme Suse des applications de ses clients en Europe.

En France, où Suse n'était pas implanté, Novell vient de conclure un partenariat avec la SSLL IdealX. Celle-ci assurera la maîtrise d'oeuvre, l'intégration et l'assistance de 3 e niveau des déploiements OES. Pourtant, même si Novell semble avoir tout prévu, les réactions des clients restent une inconnue. Côté technique, changer ses habitudes, c'est-à-dire passer d'un OS « clés en main », comme l'était la dernière version de NetWare, au maniement de Linux, risque de faire hésiter plus d'un administrateur.

Un signe d'espoir cependant pour Novell : l'éditeur a reçu plus de 1800 demandes de clients européens pour obtenir la version bêta d'OES 9. Reste à assurer la transition entre NetWare qui, même si Novell ne souhaite pas communiquer de chiffres, représente une bonne partie de ses revenus, et OES 9. En outre, l'éditeur ne détaille pas les mesures d'aide ni les outils de migration qu'il devra fournir aux SSII pour les accompagner auprès de leurs clients. Également annoncés au cours du BrainShare Europe 2004, les nouveaux outils de contrôle d'accès pâtissent de l'ampleur du plan Linux.

Des revenus plus assurés

Pourtant, comme l'affirme Jack Messman, cette partie de la gamme One Net est stratégique : « Nous espérons, dans un premier temps, des revenus plus importants avec la gamme d'outils de contrôle d'accès qu'avec Linux. » Ainsi, Novell annonce Enhanced Provisioning ModuleW, un workflow pour gérer, entre autres, l'attribution des droits des utilisateurs, l'accès aux applications et même les affectations hiérarchiques d'un nouvel employé.

Virtual Directory Services, lui, est un annuaire local, destiné aux applications n'accédant pas techniquement à l'annuaire global de l'entreprise. Prévu pour 2005, Virtual Directory Services stockera ainsi les rôles et les droits d'accès avant de les synchroniser automatiquement avec les annuaires Active Directory de Microsoft, Sun Java Directory Server et, bien sûr, eDirectory. Ce dernier bénéficie aussi de plusieurs améliorations. La version 8.8 offre une meilleure intégration avec ZenWorks Linux Management, qui simplifie notamment les processus de gestion des patchs et de mise à jour des serveurs Suse.
(source: www.01net.com)

< Précédent   Suivant >
 
top