arrowAccueil arrow Présentation 01-08-2010
En Bref
Ayant repris en mai 2005 mon activité professionnelle,  je n'ai plus le temps de mettre à jour le site. Veuillez m'en excuser.


 
Menu
Accueil
Présentation
Avantages
Inconvénients
Documents de référence
Mot de l'auteur
- - - - - - -
Popularité
Anomalies
Notes d'installation
Mes logiciels
- - - - - - -
Liens web
Infos (Archives)
- - - - - - -
Me contacter
Administration
En ligne
Il y a actuellement 1 invité en ligne
Compteur
Visiteurs: 152899
Présentation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
07-09-2004
Histoire
Le mouvement "libre" est en fait issu d'une histoire ancienne (au regard de l'histoire informatique) faite d'expériences successives avortées ou réussies qui expliquent sa maturité actuelle.
L'émergence de l'Internet lui a donné le dernier coup de pouce.

1971-1980 : 1er logiciel libre vaincu par une solution commerciale plus performante

  • 1971 : ITS (système d'exploitation « Incompatible Timesharing System ») logiciel développé par une communauté de développeurs

  • 1980 : le système PDP11 (diffusée par Digital Equipment ) rend obsolète ITS

1974-1984 : 2ème logiciel libre (Unix BSD) absorbé par une société commerciale

  • 1974 : 1ère version d'Unix (réalisée par l'université de Berkeley ) tournant sur du PDP11 puis du VAX

  • 1984 : Unix 4.2BSD : 1ère version rencontrant du succès. En parallèle, une autre version moins évoluée « Unix System 5 » réalisée par la société ATT était sur le marché

  • reprise en 1982 de l'équipe « Unix BSD » par Sun pour implémenter Unix sur ses serveurs à base de processeurs Motorola 68000

1984 : création d'un projet fédérateur des logiciels libres (projet GNU)
  • 1984 : lancement par Richard Stallman (chercheur au MIT) du projet GNU (« GNU's Not Unix ») .

  • il visait en sorte que « plus personne ne se trouve jamais tenu de payer pour du logiciel »

  • avant tout, il prit la précaution de définir le cadre juridique sous la forme de la « GNU General Public Licence » connue sous le nom de GPL afin d'éviter qu'ultérieurement du code « libre » soit intégré dans des logiciels « commerciaux »

  • 1985 : création de la FSF (« Free Software Foundation ») association destinée à récupérer des fonds et faire la promotion des logiciels libres

1989 : 1ère réussite d'un logiciel libre (Tcpip)

  • le code source des couches « réseau » extrait de l'Unix BSD est diffusé par Berkeley en tant que code source librement redistribuable

1992 : 1er logiciel libre majeur du projet GNU : Linux

  • 1991 : fin des développements de Linux par Linus Torvalds

  • 1992 : intégration de Linux dans le projet GNU (licence GPL …)

1996 : autre logiciel libre majeur : Apache

1997 : sous l'impulsion d'un groupe de leaders de la communauté du logiciel libre, remplacement de la terminologie « Free Software » par la terminologie « Open Source »

2003 : il existe plus de 68000 projets « libres ».

2004 : il existe plus de 86000 projets « libres ».


Apport de l'Internet
Nous avons précédemment vu que le mouvement « logiciels libres » est en grande partie liée à l'histoire d' Unix. En fait, un 2ème facteur d'importance a contribué à son essor : INTERNET plus particulièrement grâce à l'IETF (« Internet Engineering Task Force ») groupe de travail créé en 1986, qui participa à la naissance de Tcpip puis développa tous les standards de routage, de gestion des réseaux et du transport sans lesquels Internet n'existera pas. La réussite de l'IETF (via le développement selon un processus ouvert et transparent) et le décollage des logiciels libres d'une part relèvent des mêmes causes et d'autre part se sont enrichies mutuellement. En effet, l'accès libre aux documents (même non finalisés) a permis à la communauté de développeurs de fonctionner sur un mode itératif et parallèle , irréalisable par des sociétés commerciales. Des logiciels comme Apache ont pû être diffusés dans des temps records alors que les standards étaient à peine validés.


Définition
* D'après les statuts de l'Association Française des Utilisateurs de Linux et des logiciels libres (www.aful.org), sont considérés comme libres les logiciels disponibles sous forme de code source, librement redistribuables et modifiables, selon des termes proches des licences "GPL" (General Public Licence), "Berkeley" ou "artistique" et plus généralement des recommandations du groupe " Open Source".

* Pour la Free Software Foundation, un logiciel libre répond à quatre critères :
  1. la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages ;
  2. la liberté pour chacun d'étudier comment le programme fonctionne, et de l'adapter à ses propres besoins ;
  3. la liberté de le copier et de le diffuser auprès d'amis ou de collègues, ce qui est strictement interdit avec des logiciels classiques du commerce ;
  4. la liberté d'améliorer soi-même le logiciel et de le publier pour en faire profiter la communauté.
* Pour résumer, un logiciel est « Libre » s'il respecte les conditions suivantes :
  • disponibilité du code source

  • liberté d'utilisation

  • liberté de modification

  • liberté de reproduction

  • liberté de distribution


* Autrement dit, un logiciel libre n'est pas :
  • du domaine public : car une licence garantit ses libertés
  • un shareware ou un freeware : car l'accès et la modification du code source est possible
  • obligatoirement gratuit : un logiciel libre peut être vendu même si le cas est assez rare

Licences
Nous avons vu que pour protéger les logiciels libres, la licence GPL (General Public Licence) avait été créée par le projet GNU.
Contrairement aux logiciels du domaine public qui ne sont soumis à aucune règle prédéfinie, cette licence empêche les logiciels libres de devenir propriétaires.
Pour cela, il s'agit d'appliquer d'abord un copyright classique et d'ajouter ensuite des termes légaux donnant à chacun la possibilité d'utiliser, de modifier et de distribuer le code source.
La GPL se présente sous la forme d'un contrat défini par des termes légaux. La légalité du texte est assurée par l'emploi unique de la langue anglaise afin d'éviter toute modification du texte. Ainsi, des versions traduites dans d'autres langues existent mais elles n'ont pas de caractère légal.

En résumé, la GPL impose que tout logiciel dérivé d'un logiciel sous licence GPL soit soumis à cette même licence.

Cependant, même si la GPL est la plus répandue, d'autres licences existent, qui permettent plus ou moins de protection vis à vis d'une part du développeur et d'autre part de l'utilisateur .
En particulier, certaines permettent que des logiciels dérivés deviennent propriétaires.
Parmi ces licences, on peut citer :
  • LGPL : Library GPL
  • ASF : Apache Software Licence
  • MPL : Mozilla Public Licence
  • BSD : Berkeley Software Distribution (la plus ancienne)


Catégorie

Les logiciels libres se répartissent en différentes catégories :
  • Projet créé par une communauté de développeurs suite à un besoin identifié ou pour concurrencer un produit commercial (Apache, Linux, Tomcat)
  • Produit créé dans un 1er temps par une société commerciale (Java-Sun, Eclipse-IBM, OpenSta-Cyrano) et donné ensuite à la communauté des développeurs
  • Produit créé par une société commerciale, mis à disposition de la communauté mais toujours piloté par la société (Jboss, Bie, Compiere). Cette société assurant ensuite un support (optionnel) personnalisé

Le site www.sourceforge.net fait office de fédérateur à la majorité des projets « libres » .




Chiffres

En 2003,

  • la part de marché de Linux sur les serveurs était estimée à 20%
  • la part de marché de Apache sur les serveurs Web était estimée à 60%
  • la part de marché de Bind sur les serveurs DNS était estimée à 90%

=> 3 exemples parmi d'autres de l'avancée des logiciels libres

Le cabinet META GROUP envisage pour Linux une part de marché en 2007 de 50% .


 
top